we sign it - Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur !

Syndicats et Nuits Debout : ensemble pour leur faire peur !

Après la soirée « L’étape d’après ? », mercredi dernier à la Bourse du Travail, un appel est sorti pour que « Nuit debout et syndicats ne se regardent plus en chiens de faïence, avec méfiance ». Qui a été amendé et adopté par l’Assemblée générale de Nuit debout. Qui a été repris et modifié par des syndicats.
Ca donne donc deux textes qui, à bien des égards, sont presque les mêmes, avec des tas d’expressions communes, avec un but explicite dans les deux textes : « Faire peur à l’oligarchie, faire reculer le pouvoir. »

Après la soirée « L’étape d’après ? », mercredi dernier à la Bourse du Travail, un appel est sorti pour que « Nuit debout et syndicats ne se regardent plus en chiens de faïence, avec méfiance ». Qui a été amendé et adopté par l’Assemblée générale de Nuit debout. Qui a été repris et modifié par des syndicats.
Ca donne donc deux textes qui, à bien des égards, sont presque les mêmes, avec des tas d’expressions communes, avec un but explicite dans les deux textes : « Faire peur à l’oligarchie, faire reculer le pouvoir. »

Ce qui prouve qu’on a bien fait de secouer le cocotier, malgré la tempête. Et aussi, qu’une volonté est bien là, des deux côtés. Même si, le fait qu’on ait deux textes, et pas un seul, témoigne encore de réticences, d’un vocabulaire différent, d’une temporalité variée, d’une absence de groupe-liaison, etc.
Pour pas faire de jaloux, Fakir soutient les deux textes.
Et François Ruffin à titre personnel aussi, tout comme Frédéric Lordon.
Avec les cheminots en grève aujourd’hui, les intermittents qui occupent l’Odéon, y a peut-être un truc qui prend tournure.
Si on veut l’emporter sur la loi El Khomri, effrayer l’oligarchie, il ne va pas falloir trop chipoter sur les virgules !

__________________________________________________________________

Nuits Debout et syndicats : Leur faire peur !

Participant.e.s à la « Nuit Debout » ou/et membres de syndicats, nous souhaitons un rapprochement entre ces deux branches du mouvement « contre la loi El Khomri et son monde ».

Pour cela, nous souhaitons que toutes les manifestations, du 28 avril, du 1er mai et les suivantes donnent lieu à des moments de fraternité place de la République, sous des formes diverses et à imaginer : débats communs, meeting ensemble, etc.

Nous souhaitons que la place de la République devienne le lieu d’arrivée des prochaines manifestations, afin que les travailleurs et travailleuses se mêlent à la jeunesse, que les revendications portent une part d’utopie.

Nous souhaitons que les structures syndicales de la CGT, de Solidaires, de Force Ouvrière, de la FSU, de la CNT et de tous les autres syndicats ainsi que les syndicalistes opposé.e.s à la loi El Khomri, participent à ces moments de fraternité, depuis la base, les sections d’entreprises, les unions locales, jusqu’au sommet, les fédérations et confédérations.

Nous souhaitons qu’on se donne rendez-vous, dès le 28 avril, après la manifestation, place de la République, pour en discuter librement, humainement, faire le point sur nos accords et désaccords, nos différences mais aussi nos luttes et nos espoirs communs.

Seule cette jonction est en mesure, aujourd’hui, de faire peur à l’oligarchie, et de faire reculer le pouvoir.

Texte approuvé par l'Assemblée Populaire Parisienne des 22 et 23 avril 2016 ; l'Assemblée de la NuitDebout Sainte-Foy-La-Grande ; la Commission Convergence des Luttes ; la Commission Restauration ; la Commission Action ; la Commission Grève Générale ; l'Assemblée de la NuitDebout Caen ; l'Assemblée de la NuitDebout Chambéry  ; la Commission accueil et sérénité ; la Commission Drogue et Liberté ; la Commission Vote Blanc ; et d'autres en cours …

__________________________________________________________________
 

De jour comme de nuit, debout pour gagner !

Acteurs de la mobilisation sociale pour le retrait du projet de loi El Khomri nous pensons que nos actions et le mouvement « Nuits Debout » sont complémentaires.

A l’occasion des manifestations et grèves à venir, à partir du 28 avril, le 1er mai et ensuite, nous souhaitons des moments d’unité, de combativité, de fraternité, place de la République et sur toutes les places de France, sous des formes diverses et à imaginer : débats, village syndical, meetings communs, etc.

Côte à côte dans les rues, travailleurs, jeunes, retraités, privés d’emploi, ont un intérêt commun à débattre et décider ensemble, à construire des revendications portant une part d’utopie.

Nous pensons que toutes les structures syndicales et tous les syndiqués opposés à la loi El Khomri, ont toute leur place dans ces moments de fraternité et de construction collective, que tous les participants aux « Nuits Debout » ont leur place dans les manifestations et la grève nécessaires pour gagner.

Nous appelons, dès le 28 avril et en particulier le 1er mai, après les manifestations, place de la République et sur toutes les places de France, à la discussion libre, fraternelle, pour faire le point sur nos accords et désaccords, nos différences, nos luttes et nos espoirs communs.

Ensemble, nous pouvons faire peur à l’oligarchie, faire reculer le pouvoir, nous pouvons gagner !

Lina Desanti (Secrétaire général UD CGT Tarn-et-Garonne), Cécile Gondard Lalanne, (porte parole de Solidaires), Véronique Ponvert (syndicaliste FSU), Karl Ghazi (CGT Commerce Paris), Denis Gravouil (Secrétaire général FNSAC-CGT), Mehdi Khemoune (CGT Air France), Cédric Quintin (Secrétaire général UD CGT Val-de-Marne) Baptiste Talbot (Secrétaire général Fédération CGT des Services publics), Emmanuel Vire (Secrétaire général SNJ-CGT), Natacha Grelot (co secrétaire national SNPESPJJ FSU), Elisabeth Hervouet (syndicaliste FSU), Hervé Heurtebize (syndicaliste FSU), Julien Rivoire (syndicaliste FSU), Valérie Soumaille (syndicaliste FSU), Christian Taillandier (Secrétaire national SNUITAM FSU), Eric Beynel, (porte parole de Solidaires), Eric Santinelli, (Fédération SUD Rail), Jean Vignes, (Fédération SUD Santé sociaux).

__________________________________________________________________

Autres signataires : Fakir, Frédéric Lordon, François Ruffin, Caroline De Haas.

Signer

Diffusez auprès de votre entourage